A. Peyrache sensei aïkido nous incite à la cohérence et à la rigueur

En aïkido : quels repères donner au pratiquant à son arrivée

"Plus le mensonge est gros, plus il passe.
Plus souvent il est répété, plus le peuple le croit ..."

Joseph GOEBBELS, en 1933.

Que ce soit "sports ou art martial" ne vous fiez pas à l'étiquette

Voilà ce qui est affiché
par les sports martiaux...

Judo judo code morale affiché dans les dojo de Lyon 69 et France Karaté Karaté code morale affiché dans les dojo de Lyon 69 et France
Code moral

Lorsqu'on affiche ce genre de chose c'est que personne ne le respecte


 


Aikido nage waza mieux que Steven Seagal « Gael et Jean François »

 


La réalité est à l'opposé très souvent

Règlements, chartes et belles intentions en tous genres...
Comme ci-contre à gauche , l'attitude que devrait avoir le pratiquant de telle discipline ... Les gens avertis savent que lorsqu'on agit ainsi : c'est que la réalité est tout autre, c'est à dire à l'inverse... à 80%. Comme partout il y a des gens qui aiment leur discipline et la respecte et l'aïkido n'échappe pas à la règle on le voit de plus en plus.
Il est toujours plus facile de faire n'importe quoi... C'est souvent ce qui plait à ceux qui ne connaissent pas car c'est leur monde...
Poser vous la question : "si tout le monde avait ces vertus et que tous les respectent : "pourquoi les afficher voir en parler". Pourquoi parler des évidences.
Donc du raccolage de bas niveau.
Le consommateur peu averti "est une proie facile" : ne pas se fier à l'étiquette !
Du moment qu'un "club" offre une pratique de l'aïkido, pour le néophyte c'est de l'aïkido.
En réalité rien n'est plus faux
on trouvera de tout : de la caricature... de l'aïkido sportif (exactement l'inverse de l'aïkido du fondateur... ) à l'aïkido traditionnel respectueux lui de l'enseignement du fondateur mais rare.
En aïkido on retrouve ce qu'on voit dans les sports martiaux. Normal même ministère, même fonctionnement, mêmes objectifs, on a donc en toute logique le même résultat, les mêmes causes produisent les mêmes effets. La discipline est différente c'est la seule différence..
Normal aussi car la masse (le troupeau) n'est pas réputé pour sa qualité. Quelque soit le domaine.
Exemples : il y a beaucoup de restaurants mais ceux des grands chefs sont rares et exceptionnels... Ce n'est pas la cantine de la masse.
Beaucoup de vins, mais les très grands crus sont rares et pas à la portée de tout le monde...
Dans le monde martial de même. D'où l'importance pour le pratiquant de bien choisir son maitre. La facilité : proximité, prix etc. ne sont pas des critères fiables...
Consommer des tonnes de piquette ne vous fera jamais apprécier les grands crus... pire vous risquez de ne jamais les apprécier si vous avez cette occasion un jour, vos références étant complètement perverties.
Pratiquer par des hommes
Souvent nous entendons : "comment des pratiquants d'aïkido peuvent-ils se comporter ainsi... avec leur philosophie etc.

"L'aikido est un outil comme un couteau peut l'être... Un grand chef vous prépare avec une pièce de viande extrordinaire.. Un assassin vous le plante dans le ventre.. L'outil change t-il l'homme qui le manipule ? Non.
Par contre il permet à l'homme d'exprimer son génie artistique et de s'améliorer sans cesse... ou satisfaire ses délires psychiatriques.
Un stradivarius en comparaison à un premier prix de violon permet au musicien de sublimer son art, comme il peut servir de masse d'arme à des voyous..
C'est pourquoi dans un "art" on suit la voie d'un maitre pas d'une fédération sportive dont la finalité et l'utilité est de produire des champions... afin de flatter l'ego et l'orgueil national cocorico ... On est supérieure aux autres on les a battu... oui mais soyons tout frère et a égalité citoyen de la terre.. L'incohérence humaine...
On y retrouve donc comme partout l'exceptionnel qui cotoie le pire et la masse des gens n'a comme connaissances martiales que celle du pire.
L'éternel yin/yang des orientaux, si mal compris par les occidentaux. Ce que vous gagnez d'un coté vous le perdez à vitesse égale de l'autre...
Voir même des sports martiaux reproduire des techniques d'aïkido qu'ils n'ont jamais pratiquées et qu'ils ne connaissent pas, sans aucun scrupule, pour faire de l'argent.
Le chi kong devient à la mode, tel professeur de karaté vous proposera du tchi kong ....
Quelque soit "l'art" ou le "sport martial" méfiance, on a tout et son contraire. Le confort à coté pas cher ne sont pas des bons critères juste ce qui vous fait accepter l'inacceptable par flemme et manque de courage...
Karaté Judo ... l'industrie sportive martiale...
Devenir plus médiatique , plus populaire ce n'est bien sur pas pour la beauté de ces sports martiaux ni pour l'éthique martiale mais juste du business.
Mêmes comportements que les lobbys industriels. Le lobby agro alimentaire selon cash investigation du 13 sept 2016 à corrompu 25% des sénateurs... démonstration à l'appui.
Un telle bombe provoque telle des réactions ? NON... c'est normal semble t-il.... on ira simplement pas voter, tous pourris ou alors pour des fachos encore pire : "la peste ou le choléra"...
Ou comme avec les "Balkany" » "Balkany" la foule toujours stupide, vote pour les mêmes... arnaqués mais contents de l'être... drôle d'époque encore la preuve qu'arguments et convictions du plus grand nombre ne sont pas fiables. "Un pratiquant forge ses convictions lui même", l'inverse des assistés...
Même à vous enseigner ce qu'ils ne connaissent pas : zuba, yoga etc. au mépris de ce disicplines et de leurs enseignants. A ce demander à quoi servent leurs posters affichés sur les murs : respect, modestie...

Karaté défense, body karaté, Karaté yoga, Karaté zumba etc. Du raccolage pour piéger le naïf des disciplines non compatibles et aux origines culturelles différentes.. marketing internet utiliser les trucs à la mode. Du moment que des crétins peuvent être intéressés autant leur prendre leur argent... Vous ne nous croyez pas allez voir les sites "anti arnaques martiales" ci-dessous.
Judo
Self défense : du judo en général un patchwork de techniques martiales que les professeurs n'ont jamais pratiqué et qui ne les intéressent pas.
L'objectif est avoir des adultes à tout prix. Alors on fait comme les disciplines qui en ont Le problème du judo une majorité de mineur. Une fédération où une minorité d'adultes (les 3/4 sont des enfants sans représentants, donc une assemblée générale peu représentative...) gèrent des sommes énormes, pas de souci on a des champions alors personne ne regarde...
Aïkido ? il n'est pas différents de ce qui précède
"L'aikido sportif" peut être gérer par "l'athlétisme" ou le foot... le fonctionnement est identique la pratique ne change absoluement rien.
Pour les mêmes raisons pratiqué par des hommes
Des experts japonais 8ème dan qui n'ont jamais pratiqué
Alors que l'aïkido est opposé à toute idée de compétition, le fondateur de l'aïkido a radié à vie A. Nocquet, en 1961, car en bon judoka il a voulu organiser les premières compétitions en aïkido et comme c'est l'opposé de cet art martial le fondateur de l'aïkido a du trancher et sévir.
On a donc l'avis du fondateur de l'aïkido concernant
"ceux qui veulent faire de l'aïkido un sport..."
Allez le faire du sport ailleurs car vous ne faites pas de l'aïkido.
Certains " aïkidokas " veulent aujourd'hui faire des compétitions, jeux de pékin, jeux de Moscou... anti dopage tout en prétendant enseigner l'aïkido traditionnel du fondateur alors qu'on vient de le voir on a l'avis clair du fondateur sur la question.
Reproduire l'erreur faite par le karaté, le judo et pour les mêmes raisons fonctionner comme des sportifs c'est à dire à l'inverse, on perd ses repères et on devient des sportifs c'est juste une question de temps, l'expérience le démontre.
Satisfaire les ignorants, encourager l'ignorance pour mieux l'exploiter financièrement...
Le business martial... Où sont les bons consommateurs ce qui refusent de se faire entuber?
La discipline ne change rien que ce soit du foot, de l'athlétisme etc. Lorsqu'on adhère à un système sportif on cautionne ce système qu'on le veuille ou non certains sont dans le déni attribue ces dérives à des personnes ...
On constate que rien n'est plus faux quelque soit la personne il fera la même chose juste une question d'habileté politique de faire croire que l'on peut changer quelques chose :
"les mêmes causes produisent les mêmes effets".
Si l'on ne veut pas transformer l'aïkido en sport on coupe toutes relation avec le monde du sport.
Avoir des repères, connaitre ce que l'on pratique est donc une nécessité si l'on veut vraiment faire de l'aïkido et pas une déviation de celui-ci.

2 sites à connaitre :



Le pratiquant d'aïkido est il un sportif ?

Non... c'est exactement le contraire

Au début le pratiquant croit que l'Aïkido un sport ?
Si on bouge avec son corps que l'on a une activité physique on pratique obligatoirement un sport... ?
Avec une telle logique : "le violonniste est un sportif" il agite son archet dans tous les sens si le concert dur c'est aussi physique qu'une pratique sportive...
La course à pied, la natation quel que soit le club on a la même chose ça reste de la natation et de la course à pied. La discipline est on ne peut plus rudimentaire, tout le monde sait marcher et courir, même s'il n'a jamais été dans un club d'athlétisme.
Aucun problème de compréhension ; ce qui n'est pas le cas d'un art. Comme tous les arts il faut une culture pour le comprendre, le pratiquer n'est pas à la portée de tout le monde.
La compréhension d'un art varie aussi avec l'intensité et la justesse de son étude.
Exemple: Tout le monde peut gratouiller une guitare cela ne fait pas de vous un virtuose de la musique
Comme écouter du rap ne fait pas de vous un mélomane.
On a des entraineurs plus ou moins compétent dans ce cadre limité du sport. En Aïkido on n’a pas d'entraineurs mais des maitres et leurs uchis deshis.
Lorsqu'on arrive à l'aïkido ce sont souvent pour des raisons triviales.
  • La mode, les films etc...
  • Proche et pratique
  • Le moins cher
  • Carte de visite du professeur
  • Etc.
Jamais pour de bonnes raisons puisqu'on y connait rien
Un premier choix déterminant
Si on change de vin, de voiture etc. On ne remettra pratiquement jamais en question ce premier choix


Le sens des termes japonais

Définitions de "Aï" "ki" "Do" logo à gauche

On est pas plus avancé. Ces termes n'ont bien sur pas le même sens pour tous japonais comme tous les aïkidokas...

Harmonie, amour, union ... dans un art martial ? On peut simplement en déduire que c'est l'opposé de la compétition... ou l'on s'oppose. En occident on pratique dans des salles de combats, on parle de sport d'opposition... La dualité
Là : Harmonie, Amour, Union soit l'inverse ; la recherche de l'unité
Mais alors que font des soi-disant aïkidokas aux jeux de Pékin et de Moscou, temple du sport et de la compétition ?
Pourquoi ne changent-ils pas de nom et utilisent-ils le mot « aïkido » puisqu'ils font l'inverse à tous les niveaux...?
Ki
Énergie là non plus on n’est pas plus avancé, à moins de connaitre l'énergétique orientale...
Domaine ignoré même par la plupart des japonais...
Do
Voie, chemin, démarche, méthode de ce qui précède ??? La belle affaire nous voilà bien avancé.
Une imprécision qui ouvre la porte aux phantasmes les plus fous
L'imaginaire de chacun va donc combler les vides

La voie est sans limite, c’est une fontaine inépuisable. (L’inverse d'un sport limité et parfaitement normalisé, borné car la performance est identique pour tous, pour savoir qui est le meilleur, le champion)

Aïki. Le terme aiki existe depuis très longtemps. Le "aï" de aikido est un homophone de ai : aimer.

La voie particulière que j’ai parcourue et conquise et dont je suis imprégné, je l’ai nommée aiki-do.

Ce que les gens qui pratiquent les arts martiaux, appellent aïki est fondamentalement différent de ce que je nomme aiki...

Aiki n’est pas l’art de la bataille avec l’ennemi ; ce n’est pas une technique de destruction de l’adversaire, c’est la voie de l’harmonisation du monde qui fait de l’humanité une seule maison.

L’aikido est une doctrine de non-résistance ; dans la mesure où il est non-résistant, la victoire est assurée dès le commencement. Les gens à l’esprit impur, au cœur habité par la violence ont perdu avant de commencer.          
          ... O sensei Morihei Ueshiba fondateur de l'Aïkido.

Dojo

Le lieu (jo) où on étudie la voie (do) du maître du dojo. En dojo est donc l'inverse une salle de sport ou de fitness. Un milieu adapté à la pratique des arts martiaux et non pas des sports martiaux.
Ce n'est pas simplement une salle où on n'a une activité physique (ça c'est le sport ) mais un comportement, une formation, une éducation martiale.
Il y a quelques dizaines d'années, on entrait pas dans un dojo sans avoir fait "NYUMON" franchi la porte du maitre (Nyu sens de entrer (irimi) lien entre le maitre et le disciple) c'est-à-dire une cérémonie où l'on jurait de ne jamais trahir le maître et la voie.

Aïkidoka, Montei Monka Monjin

Mon: la porte de la maison du maître, de l'aïkido, c'est donc au maître du dojo d'ouvrir ou pas la porte si vous avez les qualités requises si ce n'est pas le cas vous être renvoyé ce qui se dit en japonais monzen barai...

Ne jamais oublier que si l'élève choisit son maître, le maître choisit ses élèves. Les élèves l'oublient très souvent… Un dojo n'est pas le supermarché du coin…

Le club sportif qu'une fédération habilitée jeunesse et sports et lui par contre tenue d'accepter tout le monde et de ne refuser personne une des obligations de l'habilitation… Ce milieu est donc très rapidement délétère…

  • Montei: le jeune qui a passé la porte
  • Monka: celui qui est sous la porte
  • Monjin: celui qui a passé la porte

Les limites des mots japonais

Si tous ceux qui connaissaient le japonais connaissaient l'aïkido ils seraient nombreux
Une évidence pour les gens sains d'esprit.
Autrement dit toute la population japonaise. Ce qui bien sûr n'est pas le cas. Il en faut plus pour décourager nos professeurs de japonais auto-proclamés...
Une religion
Certains étudient la calligraphie et l'écriture japonaise, voir en parlent savamment alors qu'ils ont pris 3 cours de japonais dans le meilleur des cas. Plus ils ignorent, plus ils s'abritent derrière les mots...
Du mépris et de l'ignorance
Subjuguer l'ignorant : "il parle japonais ...! "  Donc il connait l'aikido... une équation pour l'ignorant... oui il parle japonais, comme votre voisin portugais parle français, lui qui est là depuis des années et qui ne maitrise toujours pas le français...
Du mépris pour la langue japonaise : il ne viendrait à personne de donner des cours de langue anglaise parce qu'il connait 3 mots dans cette langue... Pourquoi ? Parce que c'est moins valorisant et on se ferait vite repérer. Alors que peu de gens connaissent l'aïkido.
Les mots ont un sens très différents dans toutes les langues selon le contexte
Connaitre des termes informatiques n'a jamais fait de vous un informaticien... ou de médecine un docteur...
Les débutants en aïkido seraient-ils plus bêtes qu'ailleurs où ce sont des évidences... on serait tenté de le croire
On trouve aussi l'inverse
Tel pratiquant d'aïkido pour vivre au japon donnera des cours de français alors qu'il ne le pourra pas dans son pays. Comme en aikido devant des gens incompétents celui qui connait 3 mots passe pour un savant...
Le même irrespect et mépris doit aussi se retrouver dans l'aïkido
Le respect vertu martiale n'est donc pas une qualité répandu chez les pratiquants...
Pour ce même individu, y aurait-il une autre attitude en aïkido "mépris de la discipline et ne pas savoir où est sa place ►devienne alors son fonds de commerce.
Certains se transforment même en agence de voyage non déclaré (voir le site arnaques)
Ce ne sont évidemment pas les moins médiatiques


Le partenaire / adversaire en aïkido "Aïté"

et non pas "Uké" un terme du judo (compétition)

Bon nombre de pratiquant d'aïkido pour ne pas dire 90% utilisent le terme impropre d'"Uké". Pourquoi ? Le fondateur n'a jamais employé ce terme...

Eux qui prétendent pratiquer "l'aïkido voir même traditionnel " (argument commercial pour eux... seulement dans les mots).
Comment peuvent-ils ignorer à ce point l'enseignement du fondateur de l'aïkido ? Qui comme pour le sport et la compétition a été très clair :

Ne regardez pas les yeux de Aite, le cœur se fait aspirer par les yeux de Aite ;
ne regardez pas le sabre de Aite, l’esprit se fait aspirer par le sabre de Aite,
ne regardez pas Aite, vous laisseriez pénétrer en vous le ki de Aite.
Le principe essentiel de l’aikido est de s’harmoniser avec le mouvement de l’Univers : c’est devenir "Un"...           O sensei Morihei Ueshiba fondateur de l'Aïkido.

Alors pourquoi 90% des pratiquants emploi le terme uké ? Puisque le fondateur est à ce qu'ils prétendent leur reférence?
La démonstration que non.
Ne savent-ils pas lire? Irrespect, ignorance, incompétence?
Ou la plupart des pratiquants en fait font n'importe quoi sous le terme aïkido et s'en moque...
On peut se poser la question ? Car c'est vraiment basique.

Ils utilisent aussi les grades du judo, le système kyu et dan ayant été inventé de toutes pièces par le fondateur du judo. L'éternel détestable habitude de remplacer ce que l'on ne connaît pas par quelque chose que l'on croit connaître en pensant que tout ira bien et que ce n'est pas grave. L'intention aussi de plaire aux consommateurs et à ses fantasmes alors que celui-ci n'y connaît rien. Autrement dit se faire son complice pour détruire sa propre discipline dans l'objectif de faire du business...

C'est le monde du "sport" de la "dualité" du "combat" de "l'agressivité"... Combien de fois n'a-t-on pas entendu : « Il a perdu parce qu'il manquait d'agressivité… » les vertus théoriques morales du sport sont exactement à l'inverse. Comment peut-on développer quelque chose quand on fait systématiquement l'inverse ? Simplement on ne le fait jamais, alors on le dissimule on fait du cosmétique et feint de croire que le sport est une bonne chose… faites confiance au lobby du sport business ils arriveront à vous faire croire l'inverse de la réalité.

Dans ce monde binaire on s'entraîne avec des partenaires et on applique le jour de la compétition face à des adversaires car il faut gagner quel qu'en soit le prix.

Une approche parfaitement occidentale rigide et normée.

C'est une des premières difficultés que nous rencontrons en aïkido, faire comprendre à des débutants que le monde n'est pas binaire. Les philosophes mathématiciens ont cru pouvoir résumer le fonctionnement humain un comportement binaire basé sur des opérations logiques et/ou ni etc. notamment Boole. D'autres comme Skinner et autres psychologues à l'origine de l'enseignement programmé ou l'homme est assimilé à un rat que l'on manipule avec des stimuli agréables ou désagréables comme l'a si bien démontré Pavlov. Cette erreur concernant le fonctionnement humain a été à l'origine de technologies encore employées et enseigner de nos jours, l'origine de la technologie moderne : « l'algèbre de Boole" », les bases de la logique informatique et de l'automatisme. D'où un fonctionnement à l'opposé de celui de l'aïkido, les catégories : les femmes et les hommes, les débutants les anciens et un tas de sous-classes en fonction de l'âge junior, senior etc. la pensée occidentale dans toute sa splendeur, c'est pourquoi ces sports martiaux judo et karaté plaise au sportif occidentaux, ils n'ont rien d'orientaux sinon l'origine. L'enseignement oriental a été très vite remplacé par le fonctionnement occidental sportif dès que ces disciplines se sont mis à fonctionner comme des sports. Tout cela est parfaitement logique. Sauf qu'ils essayent la plupart du temps de nous faire croire l'inverse, camélia marché à conquérir et à garder cela quand l'illusion de pratiquer une discipline orientale et de s'initier à la pensée orientale.

L'inconvénient est que approche orientale et occidentale ne sont pas miscibles et sont incompatibles, tous ceux qui ont essayé ce melting-pot n'ont produit que des horreurs c'est un délire. Il faut choisir l'un ou l'autre on ne peut pas faire tout et son contraire. On ne peut pas par exemple avoir une transmission maître / élève, et en même temps fonctionner dans un système sportif d'ailleurs il n'y a pas de maître dans le sport il n'y a que des entraîneurs et cela n'a rien de comparable.

Donc dans les sports martiaux le terme employé est uké, un partenaire et pas un adversaire il a un sens passif, il prête son corps. Le même deviendra un adversaire le jour de la compétition.

Il n'y a que l'aïkido déviant c'est-à-dire sportif qui utilise le terme uké, normale puisque ce n'est qu'une question de temps avant qu'il devienne un sport, puisqu'il fonctionne déjà comme un sport. Dans l'aïkido traditionnel du fondateur Morihei Ueshiba celui-ci n'a jamais employé le terme uké mais le terme aïté... qui n'est ni plus ni moins la traduction martiale de yin / yang... en aïkido est à la fois partenaire / adversaire, comme yin yang ces deux aspects sont indissociables, l'un n'existe pas sans l'autre. On ne dit pas il y a le yin et le yang ce qui voudrait dire que l'un peut exister sans l'autre. Exemple : la paume de la main peut-elle exister sans le dos de la main, parler que de la paume est-ce parlé de la main ? Peut-on parler du haut sans parler du bas etc. c'est cela la penser orientale exactement à l'opposé de la pensée d'un sportif. Donc en aïkido le principe est simple, c'est même la base du comportement d'un pratiquant d'aïkido. Le aÏ de l'aïkido veut dire harmonie au sens oriental du terme… autrement dit un pratiquant d'aïkido comme expliqué le fondateur n'a pas d'adversaire, il ne combat jamais, il ne s'oppose jamais il fait ce que les pratiquants d'aïkido appelle KI NO NAGARE, ils vont dans le sens de l'agressivité pour l'amplifier et la retourner contre l'agresseur. Ils ont donc un côté partenaire puisqu'ils permettent aux vis-à-vis de travailler, de progresser mais en même temps à tout moment on contrôle la situation l'autre côté le dos de la main on est adversaire. À l'image d'un nageur dans un torrent, il ne fait pas comme les sportifs essayait de vaincre le courant est de lutter contre pour montrer qu'il est plus fort, non un aïkidoka va dans le sens du courant et lorsqu'il veut reprendre le contrôle tout en allant dans ce sens il va un peu plus vite pour être manœuvrant et maîtrisé la situation.

Bien sûr la situation binaire sportive est simple adversaire ou partenaire. Par contre celle de l'aïkido est beaucoup plus délicat et pleine de nuances, jusqu'à quel point sommes-nous partenaires ou adversaires, cela peut énormément varier. Ce qui est très déstabilisant pour les esprits primaires. Exemple : pour un sportif Paris est au nord et Marseille au sud il y a une espèce de ligne imaginaire comme certains pratiquants d'aïkido trouvent des techniques omote qu'ils traduisent parfois par positifs et des techniques ura dites négatives une espèce de frontière les séparent... voilà une notion complètement l'opposé de l'esprit oriental. Des gens qui se targuent de pratiquer une discipline orientale et qui n'en ont même pas compris le premier mot. Pour un pratiquant d'aïkido traditionnel si Paris est au nord de Marseille il est au sud de Bruxelles et si Marseille est au sud de Paris il est au nord de Tunis. La proche-orientale est celle de la vie pour rien et normalisé, où tout est différent et particulier, il n'y a pas de cours pour débutants ou de cours pour anciens tous les pratiquants ont un rapport kohaï (jeune) sempaï(ancien) comme les de ville précédentes ils sont parfois le kohaï de quelqu'un et le sempaï de quelqu'un d'autre. On comprend ici l'esprit réducteur sportif inadapté au monde et à l'univers. Un phantasme sans réelle existence.

On comprend aussi que l'approche ou les conceptions sportives ne peuvent que polluer et détruire l'aïkido. La première responsabilité d'un pratiquant d'aïkido est de préserver sa discipline.